Toute l'actualité sur le Diocèse de Kasongo

Cliquer pour lire l'aperçu général du Diocèse de Kasongo
Cliquez pour consulter votre Webmail.

 

Les paroisses du Diocèse de Kasongo.

 

Cliquer sur la photo pour un avoir aperçu global sur le Diocèse de Kasongo.

Découvrez les paroisses en cliquant ici ou sur la photo.

maisons de Formation

services diocesains

Bureau Diocésain des Œuvres Médicales

Cliquez sur l'enveloppe jaune pour consulter votre Webmail.

La Paroisse Saint Charles LWANGA de Kigulube, érigée canoniquement par Mgr Nöel MALA en 1963, est la paroisse la plus éloignée de kasongo (son siège épiscopal à environ 650 km) et la plus enclavée.

 

C'est cet enclavement doublé d'insécurités causées par des milices armées, qui justifient des abandons et des reprises à répétition, par des prêtres, dans cette paroisse (22 ans sans présence permanente des prêtres).

 

Pendant ce temps, plusieurs dégâts ont été enregistrés, à savoir : la destruction méchante et vol des archives et autres biens de valeur de la paroisse, la vétusté des infrastructures jusqu'à l'écroulement de l'église paroissiale en octobre 2018, l'amenuisement de l'engagement chrétien des fidèles, qui n'ont que trop duré sans prêtres.

 

[C'est poussé par sa sollicitude pastorale de vouloir annoncer l'Évangile à tous les peuples de l'Eglise particulière qui est à kasongo, à travers sa stratégie d'une pastorale de proximité, que son Excellence Mgr Placide Lubamba Ndjibu a décidé de rouvrir cette paroisse, en y affectant l'abbé François Mulingenya, curé et l'abbé Gustave Mukenda, vicaire.

 

Dès lors, les deux abbés, avec le seul concours de la communauté chrétienne, se sont mis à construire une nouvelle Église de 9 m de large sur 26 m de long. Aujourd'hui, cette bâtisse se trouve couverte d'un toiture moderne en tôles ( cf image en haut). Malheureusement, les travaux de finissage posent problème aux fidèles dont le standing de vie et le pouvoir d'achat sont très bas (voir l'image ci contre).

 

Dans cette paroisse, 90 % de la population vivent principalement de l'agriculture, de l'exploitation artisanale des minerais (cassitérite, or, coltan) et du petit commerce qui s'amenuise avec l'impraticabilité des routes.

 

L'entité paroissiale ne présente pas un milieu physique très favorable à la production agricole et animale. Et malgré d'énormes potentialités du sous-sol, la production des matières premières, très rudimentaire, reste trop faible pour couvrir les besoins vitaux de la population.

 

Des 16 paroisses que regorge le Diocèse de kasongo, la paroisse Saint Charles LWANGA de kigulube est parmi les plus grandes. Elle compte 16 diaconies réparties en 70 communautés ecclésiales vivantes de base dont bon nombre est parsemé dans la forêt danse.

 

La paroisse est dominé, en majorité, par la tribu lega formant deux blocs : le groupement de Bamunguba-sud comprenant 6 diaconies et le groupement de Baliga, plus enclavé encore, comprenant 10 diaconies.

 

Mgr Placide, notre infatigable pasteur est un berger sui generis. En dépit l'inaccessibilité qui caractérise cette zone pastorale de la paroisse de kigulube, il ne ménage aucun effort pour rencontrer ses fidèles où qu'ils se trouvent, nous voulons dire dans leur propre territoire. Déjà en Août 2019, 12 mois seulement après l'envoi des premiers battants missionnaires pour la ré-ouverture de cette paroisse, il emboîtait lui-même les pas dans des conditions inimaginables pour se rendre compte des réalités du milieu. Il se faisait accompagner; quant à ce, par les braves laïcs de l'espace de Bukavu, en l'occurrence le Dr Mundjo Munzenze, Maman collete, Mr Camille, Mr Munis pour ne citer que ceux-ci.

 

Aujourd'hui, le battant berger s'est fixé comme objectif pour "Noël 2020" , MULUNGU. Le rêve devenait réalité lorsque le jeudi 24/12/2020, le pasteur s'embarque depuis kavumu dans un avion Antonov en direction de Chamombe, en compagnie du Dr Mundjo Munzenze et des abbés Valentin Songa et François Mulingenya, Curé.

 

La célébration de la nativité du Seigneur a belle et bien eu lieu comme prévu à MULUNGU, un recoin oublié et par les autorités politico-administratives du gouvernement central et par celles du gouvernement provincial du Sud Kivu : sans routes ni autres infrastructures, minimum pourtant très nécessaire pour cette population laissé-pour-compte.

 

Ce recoin oublié par les autorités politico-administratives, reste pourtant le plus envié et fréquenté par les hommes d'affaires utilisant les antonoves, juste pour évacuer les matières premières sur Bukavu, sans aucun plan de développement ni de désenclavement du milieu d'exploitation.Plusieurs photos que nous postons, ici, sont éloquentes. Celles-ci présentent l'arrivée de l'Evêque, son accueil par les paroissiens, l'état de routes en délabrement très avancé, etc.